• KARATE-DO  »
  • La Pratique du KARATE-DO  »
  • L'étiquette

 

 

L’étiquette.

 

C’est l’ensemble du cérémonial.

 

La plupart des gestes en karaté ont été soigneusement et minutieusement étudiés et préparés dans un but précis.

Ainsi, l’étiquette a un sens profond.

Il perd toute son originalité et devient un simple sport de combat, si on n’y attache pas d’importance.

 

En karaté, on adopte une manière de se comporter, on respecte les principes et l’état d’esprit que l’on retrouve dans le bushido, le code d’honneur du samouraï.

Bien sûr, ce code d’honneur nous dicte notre conduite, mais c’est aussi les règles de vie que l’on applique.

Ainsi lorsque le senseï (professeur) fait une explication, par respect et politesse on fait le silence (et tout simplement aussi pour mieux comprendre).

On adopte un comportement respectueux tout au long du cours et avec toutes ses partenaires.

 

Sur le tatami, on ne s’assoit qu’en seïza (à genoux) ou en anza (assis les jambes croisées). Les postures et les attitudes négligées sont proscrites.

 

Et progressivement il faut adopter une certaine attitude martiale dans le dojo et hors du dojo, car le karaté-do ne s’arrête pas une fois le cours terminé, il marque et contribue au perfectionnement des caractères de chacun.

 

Le karaté nous rend meilleur (en combat bien sûr, mais également dans la société….une attitude martiale peut nous aider à faire face lors de certaines difficultés et on l’entend assez souvent : "les pratiquants d’arts martiaux sont zen !!!").

 

Dans le dojo, la tenue pour pratiquer le karaté est le kimono ; celui-ci doit être blanc.

Il se porte sans tee-shirt pour les garçons et avec un tee-shirt blanc pour les filles. Il n’y a pas de longueur minimum ou maximum (sauf en compétition) mais la consigne est, d’être à l’aise dans son kimono.

Le conseil que je peux donner, c’est de prendre une taille au dessus quitte à faire raccourcir les manches ou le pantalon mais le kimono doit être ample pour ne pas gêner l’exécution des mouvements.

La veste doit être croisée avec à l’extérieur la partie droite.

La ceinture est nouée avec vigueur. Il peut arriver que celle-ci se desserre, ainsi il faut la renouer pendant les moments de pause et en même temps réajuster son karaté-gi.

Avant le salut en seïza, le kimono doit être impeccable, mais lorsque vous réajustez votre kimono pensez à vous tourner et à ne pas le faire dans la direction du joseki (pas en direction du cadre de Funakoshi !).

 

Le salut debout, se fait les talons joints les mains le long du corps ; c’est le ritsureï.

On le fait lorsque l’on entre sur le tatami et lorsqu’on en sort. Dans ce cas là, il n’est pas destiné à qui que ce soit. C’est le salut au dojo, c’est le signe que l’on est prêt à suivre le cours et que l’on est débarrassé des soucis de la journée. Par ce salut, on accepte les règles du dojo.

 

Le salut à genoux, se fait en descendant d’abord le genou gauche au sol, puis le genou droit, les mains sont posées sur les cuisses ; c’est le  seïza. Il se fait en début et en fin de cours.

Déroulement du salut en seïza : Le senseï se met en place debout, face à ses élèves et dos au joseki (emplacement du cadre de Senseï Funakoshi).

 

Le déroulement du cérémonial du salut est annoncé par le senseï lui-même ou par le sempaï (élève le plus gradé ou le plus ancien) :

 

"Seïza" : Une fois que le senseï est à genoux, l’annonce du seïza peut se faire.

 

"Mokso" ou "mokutso" : c’est le signal pour se concentrer. Pour cela il faut fermer les yeux et faire le vide pour se libérer de toute autre pensée, en début de cours. En fin de cours, il faut lors du mokso essayer de revoir mentalement les points clés du cours.

 

"Mokso yame" : c’est la fin de la méditation.

 

"Shomen ni reï" : le professeur se tourne face au joseki et on salut dans la même direction.C’est le salut face au grand tout.

 

"Senseï ni reï" : le professeur se tourne face à ses élèves qui occupent le shimozeki. Le salut envers le senseï, celui qui a marché avant, qui a la connaissance. Les élèves gradés peuvent se placer sur le côté à la gauche du senseï, le shimoza.

 

"Otaga ni reï "Salut entre tous, pour montrer l’estime portée à ses partenaires.

 

"Kiritsu" : signal donné pour se relever, mais une fois que le senseï est debout !

 

"Reï" : pour ponctuer la fin du salut.

 

"Ouss" : d’accord !Ce mot englobe plusieurs significations….c’est la réponse au salut….ouss, lorsque le professeur a apporté un éclaircissement sur une question, on répond…ouss, lorsque le senseï vous donne un exercice qui vous paraît difficilement réalisable, vous ne vous posez pas de question et vous répondez…ouss, ….persévérez ! Vous y arriverez !.. ouss ??

 

 

Est-ce compris ? OUSS !!

 
 
 

 

© 2010 «DOJO LYON»
© 2010 «WebVortex»